Les différents types de pessaires

un-pessaire-definition

En médecine, les gynécologues prescrivent quelques fois l’utilisation du pessaire en cas de prolapsus génital chez la femme. C’est en effet un dispositif en plastique ou en silicone en forme d’anneau flexible qu’on introduit dans le vagin. En dehors de son utilisation pour traiter ce genre de trouble, le pessaire peut être affecté à un usage contraceptif ou à la prévention d’un accouchement prématuré.

Les pathologies et les pessaires appropriés

Le praticien est le seul à pouvoir déterminer quel type de pessaire convient à sa patiente. Comme il existe différents types de pathologies reliées à la région pelvienne, certaines peuvent être traitées par l’utilisation d’un pessaire, à condition que l’objet soit à sa juste taille. Ainsi, pour le traitement d’un prolapsus au 1er ou au 2nd degré, il est souvent prescrit d’utiliser le pessaire anneau ou encore le pessaire Dish avec bouton. Ce dernier peut également servir dans le cas d’un stress urinaire. Lorsqu’une patiente présente des problèmes plus complexes comme le prolapsus au 2nd et au 3e degré, le cytocèle ou le rectocèle, le gynécologue propose le pessaire en cube avec ou sans orifice. Tous les matins, la patiente doit l’insérer dans son vagin et le retirer le soir jusqu’à la fin du traitement. Le pessaire Donut est également efficace dans le cas d’un prolapsus utérin de 3e degré. Seul le professionnel de la santé est recommandé pour la pose et l’extraction de ce dispositif.

Les modèles récents de pessaire

Les anciens comme les nouveaux modèles de pessaire sont conçus avec de la silicone qui, au passage, est une matière flexible, hypoallergène et durable. Avec le pessaire Gyn & Cube qui est présenté sous une forme pyramidale, on peut traiter un cas de prolapsus au 2nd et au 3e degré, un cas de stress urinaire ou en cas de procidence accompagnée de rectocèle ou de cytocèle. Quel que soit le type de pessaire, il faut le stériliser avant son utilisation. Par ailleurs, il existe des contre-indications quant à son utilisation. Par exemple, le médecin ne prescrit pas l’usage d’un pessaire dans le cas où la patiente ne veut pas coopérer.